La démission du pasteur Décombaz (15 octobre 1913)

Le 1er octobre 1901, il y a la venue du pasteur Charles Durand en aide à M. Décombaz pour le travail d’évangélisation au Petit-Lancy.

M. Décombaz a eu très tôt à cœur la construction d’une chapelle à Carouge. Il a dû exercer sa patience en avançant petit à petit dans ce projet. C’est le 26 novembre 1904 que va se créer la Société Immobilière de Carouge dont le but est : « Le but de la Société est l’achat, la possession, la vente, la location d’immeubles et la construction de bâtiments jugés nécessaires aux intérêts de l’Eglise Libre et d’une manière générale aux intérêts du Règne de Dieu dans la commune de Carouge et dans les communes environnantes. Sa durée est illimitée. »

Lors de l’assemblée de paroisse du dimanche 23 septembre 1906, l’accord de l’assemblée sera donné pour l’achat du terrain pour la construction de la chapelle.

C’est le 16 mai 1913 que l’EELG, réunie en Assemblée des Délégués à la Rive-Droite,   donne son aval de justesse (Note : Lors de la séance du conseil de paroisse du 9 juin 1913, (citation directement tirée du PV) :  » M. Décombaz rappelle les résultats à la séance de l’assemblée des délégués du 16 mai. Après une lettre assez vive dans laquelle ont parlé en notre faveur MM. Deluz, Décombaz, Jean L’Huillier, Sauvin et contre notre projet MM. Bernoud, M. Briquet, Bolard (?), l’assemblée a d’abord repoussé une proposition d’ajournement à 1 an de M. Ch. Lenoir par 15 voix contre 14, puis a voté l’autorisation de construire par 15 voix contre 8 et plusieurs abstentions. Ensuite MM. Krafft et Jean L’Huillier ont été joints à notre Société (Immobilière) pour nous aider.« ) à la construction de la chapelle de Carouge sise alors rue Alexandre-Gavard 8 (projet déjà repoussé en 1911). L’autorisation de construire fut délivrée par la commune de Carouge, le 17 juin 1913. De juin à décembre 1913 se déroulent les travaux de construction de la chapelle et le dimanche 29 mars 1914, c’est la dédicace (inauguration) de la chapelle de la paroisse de Carouge.

Lors de sa séance de conseil du 4 mai 1913, je cite :  » M. Deluz procède ensuite à la lecture de diverses lettres de M. Décombaz qu’une grave maladie retient loin de nous, son état a paru si grave que notre cher pasteur y voyant le doigt de Dieu a cru bien faire de nous envoyer sa démission de sa charge de pasteur pour le 15 octobre prochain. Le Conseil à l’unanimité manifeste le grand chagrin qu’il éprouve de cette décision; il propose à M. Deluz d’être son porte-parole auprès de Mme Décombaz et de voir si M. Décombaz ne serait pas à même de nous continuer encore ses précieux services. M. Deluz écrira à M. le docteur Séchehaye et lui demandera ce qu’il pense de M. Décombaz et s’il y a une lueur d’espoir de pouvoir le conserver à Carouge. M. Décombaz a encore dicté à Mme Décombaz une lettre qui nous servira de trame pour être envoyée à la Commission administrative. Cette lettre indique le desiderata de notre Eglise quant au traitement de fr. 4000.- à allouer au pasteur qui serait nommé, elle recommande à nos délégués de continuer l’œuvre commencée à Carouge. »

Malheureusement, la démission de M. Décombaz sera confirmée pour octobre 1915 après 32 ans de ministère (un record).