Choix d’un nouveau pasteur (AG du 17 janvier 1915)

Dans le procès-verbal de l’assemblée de paroisse du 17 janvier 1915, nous lisons l’extrait suivant :

« M. Décombaz lit le rapport général sur la marche de la paroisse en 1914. Un sentiment de vive reconnaissance est exprimé à Dieu pour l’érection de notre chapelle et l’utilisation que nous en avons déjà faite.

M. Deluz rappelle 2 conversions frappantes de son ancien ministère à Carouge, à la place d’Armes, qui dura 6 ans. M. Pillionnel insiste sur l’œuvre sociale et l’évangélisation que nous devons faire à Carouge; il est content qu’il y ait un concert le 24 janvier; il espère qu’il se renouvellera. Il remercie le pasteur et sa femme de leur activité. »

Et lors du conseil de paroisse du 4 mai 1915 :

« M. Deluz procède ensuite à la lecture de diverses lettres de M. Décombaz qu’une grave maladie retient loin de nous; son état a paru si grave que notre cher pasteur, y voyant le doigt de Dieu, a cru bien faire de nous envoyer sa démission de sa charge de pasteur pour le 15 octobre prochain. Le Conseil à l’unanimité manifeste le grand chagrin qu’il éprouve de cette décision; il propose à M. Deluz d’être son porte-paroles auprès de Mme Décombaz et de voir si M. Décombaz ne serait pas à même de nous continuer encore ses précieux services. M. Deluz écrira à M. le docteur Séchehaye et lui demandera ce qu’il pense de M. Décombaz et s’il y a une lueur d’espoir de pouvoir le conserver à Carouge. »

Malheureusement, lors du conseil de paroisse du 31 mai nous lisons :

« M. Deluz donne le compte-rendu de sa mission auprès de Mme Décombaz et de M. Séchehaye; les deux personnes interviewées n’ont pu que confirmer leur idée première, à savoir que la santé de M. Décombaz inspire les plus sérieuses inquiétudes et que la démission de M. Décombaz a été reconnue justifiée. »

La décision de démission ne sera pas révocable et un processus de succession au poste pastoral est immédiatement enclenché. Après la postulation de plusieurs candidats, le conseil en fait prêcher quelques-uns et en propose finalement deux à l’assemblée de paroisse.

Dimanche 1er août 1915 : élection du pasteur qui succédera à M. Décombaz. Deux candidats sont présentés à l’assemblée : M. Henri Châtelain (fils de Philippe Châtelain, premier pasteur aux Buis) et M. Antonin Desbaumes (de nationalité française mais depuis l’âge de 3 mois en Suisse et recommandé par Mlle Adèle Pélaz, fondatrice de l’Etoile). Après deux tours de scrutin, c’est M. Desbaumes qui est élu. Malheureusement, env. 3 semaines plus tard, il reçoit son ordre de mobilisation comme infirmier attaché à l’hôpital de Vesoul. M. Châtelain est appelé comme pasteur intérimaire, ce qu’il accepte en ces termes.